LA CORNETTERIA

Après avoir fini ses études en commerce à Montréal, Cinzia a décidé de faire le grand saut pour vivre de sa passion pour la mode. Elle a donc tout lâché et s’est acheté un billet aller-simple pour Paris. Mais elle s’est vite rendue compte, au bout d’une semaine, que Paris n’était pas fait pour elle. Elle a donc plié bagage pour tenter sa chance, cette fois-ci, en Italie!

Ce qui était supposé n’être qu’une escapade à Montevarchi s’est transformé en un séjour de 10 ans. Eh oui, c’est ce qui arrive lorsqu’un bel italien vous fait la cour. L’irrésistible propriétaire du bar en-bas de chez Cinzia ne manquait jamais l’occasion de la charmer. Stefano savait que ses cornetti finiraient par lui faire gagner son amour. Faut croire que sa recette était infaillible, parce que plus d’une décennie plus tard, Cinzia et Stefano sont non seulement parents, mais aussi propriétaires de la Cornetteria, l’un des cafés les plus charmants de la Petite Italie (parce que, oui, ils ont replié bagage, mais, cette fois-ci, direction Montréal !)

Stefano a grandi toute sa vie dans la pâtisserie. Sa mère avait un bar italien. Il a eu un bar italien. Au Costa Rica. En Italie. Et maintenant à Montréal. Ses nombreuses années d’expérience dans le domaine lui ont permis de devenir le chef pâtissier aguerri qu’il est aujourd’hui. Il maîtrise tous les desserts classiques italiens à la perfection : bomboloni, cannoli, zeppole, cornetti. Name it. Même qu’il y a quelques années, il s’est lancé le défi de créer sa propre version du cronut, ce croissant-beignet, inventé à New-York par le pâtissier Dominique Ansel, dont tout le monde raffole. Sa recette a tellement été un succès que la rumeur veut que les cronuts de Stefano soient meilleurs que ceux de Dominique Ansel. On va s’le dire : on est ben content que Stefano ait élu Montréal comme ville pour y travailler comme pâtissier.

Bon, c’est vrai qu’au début, Stefano était un peu triste de quitter l’Italie. On ne va pas lui en vouloir : nous aussi on le trouve difficile l’hiver canadien. Heureusement, Cinzia était là pour l’épauler. Mais ce qui a rendu son processus d’intégration beaucoup plus facile, c’est le poste de pâtissier qu’on lui a proposé à la Cornetteria à son arrivée à Montréal. Concocter des pâtisseries italiennes était un moyen, pour lui, non seulement d’avoir un peu de son Italie natale à Montréal, mais aussi de faire découvrir sa culture et sa gastronomie à sa clientèle. D’ailleurs, lorsque Cinzia et lui ont repris les commandes du commerce, ils ont décidé que la Cornetteria ne serait plus qu’une simple pâtisserie ; La Cornetteria serait le nouvel endroit, par excellence, à Montréal, où vivre l’expérience des bars italiens.

Petite précision : les bars en Italie n’ont rien à voir les bars au Canada. On est loin des pichets de blonde. En Italie, les bars sont habituellement les lieux de rassemblement du village. Autant à l’heure de l’aperitivo qu’à l’heure de la colazione. Autour d’un bon cappuccino et d’un délectable cornetto, on y passe des heures à se mettre à jour dans les derniers potins du village.

« Alors que la radio italienne est diffusée dans tout le café, Cinzia et Stefano parlent (en italien, bien sûr !) avec un client accoté au bar le temps d’un espresso court. La dolce vita, quoi ! «

Cinzia et Stefano voulaient donc qu’on puisse avoir la chance de vivre cette expérience italienne, mais à Montréal. Et honnêtement, à peine franchit-on le seuil de la porte de la Cornetteria qu’on ne sait plus si on est à Montevarchi ou à Montréal. Alors que la radio italienne est diffusée dans tout le café, Cinzia et Stefano parlent (en italien, bien sûr !) avec un client accoté au bar le temps d’un espresso court. La dolce vita, quoi ! Peut-être un peu stéréotypé, on en convient. Mais, deux mots à Stefano et Cinzia et vous serez charmés. Et vous ne voudrez plus repartir.

Le couple s’adresse avec une telle aisance à leur clientèle que si vous les croisez à la Cornetteria, vous vous surprendrez sûrement à vous demander si Cinzia et Stefano ne sont pas vos cousins éloignés ! Pis ça tombe bien, parce que pour Cinzia et Stefano, c’était important que les clients sentent qu’ils fassent partie d’une grande famille. En fait, ils connaissent presque tous leurs clients et n’hésitent pas à prendre un p’tit cinq minutes pour prendre de leur nouvelle. Parce que c’est important de s’arrêter, de parler, de rire, le temps d’un instant. Il n’est donc pas surprenant qu’à l’intérieur de la Cornetteria, il y règne une ambiance, oui, familière, mais, surtout familiale.

En gros, la Cornetteria, on y va avant tout pour ses cornetti. Ses spécialités : les classiques à l’abricot ; les gourmands à la ricotta ; les chouchous de la clientèle à la framboise.  On y va aussi pour ses cronuts (maintenant qu’on sait qu’ils sont mieux à Montréal qu’à New-York). Mais on y va surtout pour Cinzia et Stefano. Oui, les pâtisseries de Stefano rendront votre expérience à la Cornetteria spéciale, mais la convivialité de ce couple charmant la rendra extraordinaire. La bonne humeur et la chaleur de Cinzia et Stefano font de cet endroit une de nos pâtisseries coup de cœur de Montréal.